Jean Marie Charles POINTUD

Publié le Mis à jour le

Enfant unique, il naît le jeudi 14 juin 1888 à la Foresterie d’Etienne, originaire de Puy Hautier (commune de Fournols où il est né le 18 avril 1856) et de Antoinette ANGLADE, elle même originaire de la Foresterie où elle naît le 18 avril 1866. Ses parents, cultivateurs, se marient à Echandelys le 18 octobre 1884 et habitent chez la mère d’Antoinette ANGLADE, veuve d’Etienne depuis 1879.
Il est scieur de long lors de son incorporation le 7 octobre 1909 au 86e RI du Puy. Il mesure 1 m 73, ce qui est grand par rapport à ses camarades, a des cheveux châtain moyen, des yeux châtain verdâtre. Son nez est convexe, moyen et son visage long. Ses oreilles sont bien ourlées et ses yeux enfoncés. Il rejoint Echandelys le 1er octobre 1911. Il fait une saison de scieur de long à Vivey dans la région de Langres en novembre 1912, puis rentre à Echandelys en juin 1913.
Au début du conflit, il arrive au 86e RI le 3 août 1914. Il y retrouve plusieurs compatriotes, dont Frédéric SARRON, qui passera au 82e RI le 20 mars 1915 et sera tué à la Fille Morte en septembre 1915, et Maurice Antoine THIODAS qui passera au 92e RI le 31 janvier 1915 et sera tué en mai 1916 au Mort-Homme.
Le 5 août, sous une pluie battante, le régiment s’embarque dans 3 trains pour rejoindre la région d’Epinal. Il participe à la bataille en Lorraine dès le 15 août vers Ancerviller, puis est dirigé rapidement vers Sarrebourg, d’où il pénètre en territoire allemand jusqu’à Nitting.

Sarrebourg1914cartesite

Mais le canal de la Marne au Rhin constitue un point limite et les contre-offensives allemandes fixent le régiment autour de Nitting et à partir du 21, c’est le début de la retraite de Lorraine qui va les conduire dans la région de Baccarat où le 25, les rudes combats pour reprendre la ville firent plus d’un millier de morts. Il arrive à contenir la poussée allemande dans la région de Roville aux Chênes lors de la bataille de la Mortagne, région qu’il quitte le 9 septembre pour poursuivre les Allemands défaits à la 1e bataille de la Marne. A partir du nord-ouest de Paris, le 86e RI se porte vers Ribecourt puis le 20 septembre participe aux combats de la ferme Attiche en subissant de lourdes pertes, notamment pendant la période du 20 septembre au 20 octobre 1914 où il exécute après avoir conquis la ferme, 12 attaques sur le plateau d’Attiche et enregistre la perte de 192 soldats.

SARRON F 01

Un monument fut érigé en juillet 1915 par le 86e RI en souvenir des soldats tombés autour de la ferme d’Attiche et préfigurera ceux élevés après-guerre.

SARRON F 02

Le régiment s’enterre alors sur la ligne Attiche, la Carmoye, l’Ecouvillon, le front étant fixé. La guerre devient une guerre de tranchées. Deux bataillons restent en ligne tandis que le troisième se repose quelques jours en réserve au bivouac des Carrières (près de Montigny), puis dans le village de Machemont.

MachemontMontigny

L’organisation des lignes devient alors l’activité essentielle, établissant des tranchées plus longues et plus profondes à l’exemple des Allemands. On commence à utilise le fil de fer pour établir des réseaux protecteurs. Les premiers abris commencent à se garnir de paille, accueillie avec enthousiasme. En octobre, le 2e bataillon est détaché dans la région du bois des Loges en raison des combats qui y faisaient rage, puis devant Beuvraigne et Tilloloy.

BARRIERE J M A 1882 1916 02

Nous ne connaissons pas exactement les circonstances ni le moment exact des événement qui ont nécessité l’évacuation de Jean. Sa fiche matricule le dit décédé des suites de blessures de guerre, alors que la fiche du ministère de la guerre le dit décédé de maladie contractée en service (le registre matricule est sujet à caution, car suit tout un texte sur le fait qu’il aurait été porté déserteur en 1917, puis se serait rendu volontairement à la gendarmerie, ce qui est impossible car il était déjà mort …). Il meurt le mardi 3 novembre 1914 à l’hôpital temporaire 2bis (situé dans l’ancienne école communale des filles, il comportait 25 lits) de Bessé-sur-Braye dans la Sarthe à 4 heures du soir, à l’âge de 26 ans.

BessesurBrayeHopital

Sa famille n’a été prévenue de son décès que le 11 mai 1915, alors qu’il n’est pas mort au front …

POINTUD J M C 1888 LtDeces.jpg

Il est inhumé au cimetière d’Echandelys.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s