Jean Amédée CHALIMBAUD

Publié le Mis à jour le

Quatrième enfant d’une famille de 10, il naît à Parel le jeudi 5 septembre 1895 à 11 heures du soir de Joseph, cultivateur né au même endroit le 21 avril 1864. Sa mère, Eugénie Marie GENESTIER, est originaire du Faux (commune de Saint-Genès-la-Tourette) où elle a vu le jour le 19 avril 1869. Ses parents s’y sont mariés le 2 avril 1890. Avant Jean, sont nées trois filles : Anna Joséphine le 13 septembre 1891 à Parel (qui se mariera avec Jean Baptiste CHARTOIRE de Saint-Genès-la-Tourette en 1912), Marceline le 30 octobre 1892 à Parel (mariée avec Antoine FOULHOUX de Ceilloux en 1913, elle va décéder à Usson en 1979), Marie le 25 juillet 1894, qui va se marier en 1919 avec Eugène MONERY de Condat-lès-Montboissier où elle décédera en 1962. Après Jean arrive Benoît Eugène Joseph le 29 juillet 1897. Leur mère meurt quelques jours plus tard, vraisemblablement des suites de son accouchement, le 10 août 1897. Pendant toute cette période, la famille a cohabité avec les parents de Joseph.
Ce dernier se remarie alors avec Marie Julie FARGETTE du Cros (commune d’Aix-la-Fayette) le 30 mai 1899, qui va lui donner encore 5 enfants : Eugénie Marie le 16 juillet 1900, Perrine le 28 juillet 1902, Antoine le 15 juin 1905, Marcel le 25 janvier 1907 et Jeanne le 1er mars 1909. Tous vivront jusqu’à un âge avancé.
Jean, agriculteur, est tout d’abord ajourné pour faiblesse musculaire lors de la visite d’incorporation en 1914. Il mesure alors 1 m 71. Ses cheveux sont châtain moyen et ses yeux marron verdâtre. Son visage rond s’orne d’un front couvert avec un nez rectiligne. Ses lèvres sont épaisses. Le conseil de révision du 2 juin 1915 rend la même décision. Par contre, le 7 juin 1916, il est considéré comme apte au service auxiliaire. Il rejoint alors le 13e escadron du train le 27 août 1916.
Il laisse une famille qui semble-t-il avait besoin de ses bras comme l’atteste la demande d’aide de son père :

CHALIMBAUD J Delib1916 01.jpg

Ne connaissant pas sa compagnie, nous ne pouvons retracer son parcours. Du 16 mai au 17 juin 1917, il est détaché en équipe agricole à Chateaugay. Il rentre au dépôt du 13e ET le 30 juin 1917. Le 10 janvier 1918, il est dirigé sur le dépôt du 36e régiment d’artillerie de Clermont-Ferrand, à la caserne Desaix, à destination des armées.

CDesaix

Mais le 15 février 1918, il est affecté au 2e groupe d’aviation. Là encore, il nous est impossible faute d’autre renseignement de connaître exactement son rôle et ses lieux d’affectation. Il est envoyé en congé de démobilisation le 11 septembre 1919 par le dépôt de démobilisation de l’aviation de Clermont-Ferrand. Il se retire alors à Echandelys.
Jean se marie le 13 mars 1902 avec Marie Antoinette ROUVET à Usson où il habitera dorénavant. Nous ne connaissons pas le reste de sa vie, en dehors du fait qu’il est père d’un enfant vivant en 1923 et qu’il ne sera pas rappelé sous les drapeaux lors de la Seconde Guerre Mondiale.

Usson.jpg

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s