Damien Louis DESUSCLADE

Publié le Mis à jour le

Second enfant d’une famille de 6 garçons, il arrive au moulin de Géry le dimanche 9 octobre 1887 à minuit. Son père Alexandre, cultivateur puis cantonnier, y était né le 15 mai 1859. Il s’était marié avec Anna COUDEYRAS (née à Tirevache commune de Chambon-sur-Dolore le 14 mai 1860) à Echandelys le 13 septembre 1884. Le couple donne naissance tout d’abord à Jean Antoine le 5 mars 1886. Après Damien Louis arrive Jean Pierre Antoine le 4 avril 1890. Jules Marius, né le 17 juin 1891 meurt un mois plus tard. Enfin, les deux derniers enfants, Blaise Marc Adolphe et Marcel Jean, arrivent respectivement le 1er mars 1893 et le 20 janvier 1895. Tous les cinq garçons vivants feront la Première Guerre Mondiale. Quatre vont en mourir, soit tués à l’ennemi, soit morts des conditions de vie et de maladie occasionnée par la guerre.
Louis est élève pharmacien à Brioude lors de sa visite d’incorporation. Il mesure 1 m 64 et a des cheveux châtains. Ses yeux gris ornent un visage ovale avec une petite bouche et un menton rond. Il est exempté pour bronchite chronique en 1909. Le conseil de révision de Clermont-Ferrand le déclare apte au service auxiliaire le 30 décembre 1914. En raison de son activité professionnelle, il est à la 13e section d’infirmiers militaires de Vichy. En effet, sa connaissance des produits pharmaceutiques, de la pathologie médicale le rendent apte à la maîtrise des premiers soins, même si les situations et les blessures devant lesquelles il s’est retrouvé ont été sans commune mesure avec ce qu’il avait pu voir auparavant pendant sa vie civile. Il incorpore sa section le 5 mars 1915. Comme dans toute unité sanitaire, il nous est impossible sans son aide de retracer son parcours géographique (ambulances, hôpitaux temporaires, hôpitaux militaires …). Nous savons seulement qu’il est passé à la 9e SIM le 5 novembre 1917, puis à la 2e SIM le 29 janvier 1919. Il a été démobilisé le 9 mars 1919 et se retire à Echandelys. Le 31 juillet 1919, il habite au n°1 du cours Sablon à Clermont-Ferrand.

ClermontCoursSablon.jpg

Il est proposé pour une pension temporaire avec invalidité de 15 puis 20% pour problèmes pulmonaires. Il décède à Clermont-Ferrand le 7 avril 1928 à l’âge de 40 ans. C’est le seul enfant de la famille qui survivra quelques années à la guerre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s