Jean Antoine DESUSCLADE

Publié le Mis à jour le

Aîné d’une famille de 6 garçons, il arrive au moulin de Géry le vendredi 5 mars 1886 à minuit. Son père Alexandre, cultivateur puis cantonnier, y était né le 15 mai 1859. Il s’était marié avec Anna COUDEYRAS (née à Tirevache commune de Chambon-sur-Dolore le 14 mai 1860) à Echandelys le 13 septembre 1884. Le couple donne ensuite naissance Damien Louis le 9 octobre 1887, puis Jean Pierre Antoine le 4 avril 1890. Jules Marius, né le 17 juin 1891 meurt un mois plus tard. Enfin, les deux derniers enfants, Blaise Marc Adolphe et Marcel Jean, arrivent respectivement le 1er mars 1893 et le 20 janvier 1895. Tous les cinq garçons vivants feront la Première Guerre Mondiale. Quatre vont en mourir, soit tués à l’ennemi, soit morts des conditions de vie et de maladie occasionnée par la guerre.
Louis est caoutchoutier lors de sa visite d’incorporation. Il travaille certainement à Clermont mais est alors dit résidant à Echandelys. Il mesure 1 m 56 et a des cheveux bruns. Ses yeux gris ornent un visage ovale avec une grande bouche, un menton rond et un front découvert. Il est incorporé au 105e RI de Riom le 7 octobre 1907. Nommé caporal le 25 septembre 1908, il est démobilisé le 25 septembre 1909.
Le 5 novembre 1909, il se marie à Nohanent avec Annette DERBAY qui y était née en 1888. Il va alors résider dans cette commune. Le couple donne naissance le 12 septembre 1910 à une petite Aline Jeanne et à Valentine Marie Antoinette le 15 novembre 1911, toujours à Nohanent. D’autres enfants sont peut-être nés ensuite, mais l’inaccessibilité des archives en rend la recherche impossible.

Nohanent.jpg

A la mobilisation, Jean arrive au 13e escadron du train le 4 août 1914. En raison de l’absence de renseignement supplémentaire, il nous est impossible de savoir à quelle tâche et à quel endroit il était affecté, les soldats se déplaçant en fonction des besoins en transports militaires (par voie ferrée ou par route). Rapidement, le 12 août, il passe au 2e escadron du train. Il est nommé brigadier le 7 août 1916. Il est certainement conducteur de camion car il est dit conducteur automobile de 2e classe, appartenant au service automobile du 2e escadron du train.
Le 26 décembre 1918, il décède à Nohanent à l’âge de 32 ans des suites de maladie contractée en service. Son corps est rapatrié en 1922 et inhumé dans le cimetière communal d’Echandelys :

Echandelys.- Réinhumation.- Le 5 mai avait lieu le service de réinhumation de deux enfants de la commune morts pour la Patrie : le sous-lieutenant Dutour Gaston et le soldat Desusclade Jean-Antoine. Une foule nombreuse et recueillie avait tenu à accompagner à leur dernière demeure ces deux héros.

Au cimetière, deux discours furent prononcés par des amis personnels des défunts. Le sous-lieutenant Dutour était titulaire de quatre citations élogieuses qui lui avaient valu la croix de guerre, la médaille militaire et la croix de chevalier de la Légion d’honneur.- (Le Moniteur du Puy-de-Dôme du 10 mai 1922)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s