Gustave Antoine DAVID

Publié le

Aîné d’une famille recomposée, il naît à Cher le jeudi 25 mars 1875 à 11h du soir de Jean, chiffonnier et scieur de long, originaire lui-même de Cher où il est né le 3 juin 1846, et de Antoinette CHAUTARD de Brousse, mais vivant alors à Condat-lès-Montboissier au moment de son mariage le 18 septembre 1873. Trois ans après la naissance de Gustave Antoine, sa mère Antoinette meurt. Son père se remarie alors avec Jeanne SIMONDET, (née également à Cher le 28 avril 1855) le 21 octobre 1880. Le couple donne alors naissance à Mathieu Vincent Paul Mary le 19 juillet 1881, qui sera aussi soldat pendant la Grande Guerre, puis à deux filles, Anna Augustine le 25 juin 1885 et Anna Eugénie le 5 décembre 1887. Leur père meurt le 25 mars 1895. Gustave Antoine a alors 20 ans.
Il est boulanger lorsqu’il fait son service militaire à partir du 14 novembre 1896. Il est de ce fait affecté à la 25e section de commis. Ses cheveux sont châtains, de même que ses yeux. Son visage est ovale, avec un menton rond et un nez qualifié de moyen. La 25e section de COA étant basée en Tunisie en 1914, il est possible qu’il y ait fait son service. Toutefois, aucun renseignement officiel ne le mentionne. Il n’est rendu à la vie civile que le 20 septembre 1899. Il se marie à Lyon (5e) le 16 octobre 1900 avec Anne PISSIS (née le 2 juillet 1877 à Saint-Eloy-la-Glacière). Le couple réside alors 7 cours Morand.

CoursMorandLyon.jpg

Il déménage ensuite 4 fois avant de rentrer au bourg d’Echandelys en 1907. Il y exerce son métier de boulanger. Dans l’intervalle, Lucien est né à Lyon en 1903 (il sera boulanger à Entraygues en 1946, au moment du décès de son père).
A la mobilisation il arrive à la 13e section de COA de Clermont-Ferrand le 11 août 1914. Il a 39 ans. Dès le 21 septembre 1914, il passe à la 14e section de Lyon. Il est nommé caporal des réserves le 1er mai 1915. Au moment de l’armistice, il est mis en sursis d’appel au titre de la boulangerie Vve Juttet de Lyon. Il est démobilisé le 30 avril 1919 et se retire à Echandelys. Il a passé toute la guerre à l’intérieur.
Sa femme décède à la Parade en février 1943. Il meurt lui-même 3 ans plus tard.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s