Jean Etienne COUDEYRAS

Publié le

C’est l’aîné d’une famille recomposée de 12 enfants. Son père, Etienne, scieur de long, était né à Deux Frères le 14 août 1837. Il se marie une première fois le 7 octobre 1866 avec Marguerite COUDEYRAS née également à Deux Frères le 30 avril 1843. Toute la famille y demeure et le couple donne naissance à Jean Etienne le 3 juillet 1867, puis à Marguerite le 2 mai 1869, à Philomène le 11 mai 1874. Vient ensuite un garçon né sans vie le 9 mai 1876. C’est peut-être cette dernière naissance qui est responsable de la mort de Marguerite survenue le 8 juin 1876.
Le 26 septembre 1877, Etienne se remarie avec Michelle BAUTIER, habitant à Lospeux et née le 25 mai 1849. Elle va donner naissance à 8 enfants. Tout d’abord Marie le 4 juillet 1878, puis Jean Annet le 7 juillet 1882 (qui va mourir le 19 février 1883). Jean Célestin, également soldat pendant la Première Guerre Mondiale, arrive le jeudi 26 juin 1884 à 3 heures du matin, suivi le 3 mars 1886 de Pierre qui sera aussi soldat pendant la Grande Guerre. Une fille naît sans vie le 11 mai 1888, suivie de Jeanne Marie Hortense le 27 mars 1889. Enfin, la famille se termine par deux garçons, Alphonse Jean (né le 22 mai 1892) et Frédéric Henri, né le 6 mai 1894.
Jean Etienne est scieur de long lors de sa visite d’incorporation. Il mesure 1 m 59, possède des cheveux châtain clair et des yeux gris. Son visage est ovale, avec un menton rond. Il est incorporé au 86e de ligne (du Puy ?) le 12 novembre 1888. Comme aîné d’une famille de sept enfants vivants, il est renvoyé dans ses foyers le 7 février 1890 et regagne Echandelys. Le 6 mars 1892, il dit habiter à Tencin, en Isère.

Tencin.jpg

Il va ensuite se fixer dans la région et même si c’est la CS de Clermont-Ferrand qui le réforme le 7 septembre 1893 pour perte de la tête du second métacarpien droit avec cicatrice adhérente et gêne fonctionnelle des doigts (infirmité ne pouvant être attribuée au service militaire), c’est le CR de l’Isère qui le reconnaît apte au service armé le 2 décembre 1914. Il est même incorporé au 99e RIT de Clermont-Ferrand le 23 mars 1916 à l’âge de 47 ans. Le jour même, il est détaché aux papeteries Bergès à Lancey, localité où il doit alors habiter.

LanceyPapeteriesBerges.jpg

Il passe administrativement au 140e RI le premier juillet 1917 et est dégagé de ses obligations militaires le 26 novembre 1917. Il se retire à Lancey. Le reste de sa vie ne nous est pas connu.

Lancey

 

 

Une réflexion au sujet de « Jean Etienne COUDEYRAS »

    Pierre COUDEYRAS « Echandelys et la Grande Guerre a dit:
    17 novembre 2018 à 16 h 12 min

    […] aussi à Deux Frères le 30 avril 1843. Toute la famille y demeure et le couple donne naissance à Jean Etienne le 3 juillet 1867, puis à Marguerite le 2 mai 1869, à Philomène le 11 mai 1874. Vient ensuite un […]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s